La maîtrise des automatismes

Cette partie décrit le fonctionnement des principaux modes d’assistance à la prise de vue :

  • le mode manuel (M) et les modes d’exposition automatique : le mode priorité à l’ouverture (A), le mode priorité au temps de pose (S) et le mode programme  (P) ;
  • la correction d’exposition ;
  • les modes de mise au point automatique (autofocus) et de fonctionnement de la zone AF ;
  • la mémorisation de l’exposition (AE-L) et la mémorisation de la mise au point (AF-L).

Le choix du mode d’exposition

Les appareils professionnels sont équipés d’un barillet permettant de choisir le mode d’exposition, par exemple :

  • PSAM chez Nikon (Program, Speed, Aperture, Manual), ou
  • P, Tv,  Av, et M chez Canon (Program, Time Value, Aperture Value, Manual).

Le mode d’exposition peut aussi être choisi dans les menus de l’appareil.

Le mode M (Manual), permet de régler distinctement le temps de pose et l’ouverture au moyen de deux molettes ; le photographe dispose d’un indicateur permettant de contrôler l’exposition (sous-exposition / surexposition).

Le choix de l’un des modes d’exposition automatiques suivants détermine si la priorité sera accordée à l’ouverture ou bien au temps de pose :

  • le mode A (Aperture) ou Av (Aperture Value) correspond au mode priorité à l’ouverture ; le photographe choisit l’ouverture au moyen d’une molette, et l’appareil ajuste automatiquement le temps de pose en conséquence ;
  • le mode S (Speed) ou Tv (Time Value) correspond au mode priorité au temps de pose ; le photographe choisit le temps de pose au moyen d’une molette, et l’appareil ajuste automatiquement l’ouverture de l’objectif en conséquence.

Enfin, en mode P (Program), l’appareil choisit lui-même automatiquement le « meilleur » compromis temps de pose / ouverture en fonction d’un programme d’exposition automatique ; le photographe dispose alors d’une molette permettant de « décaler » ce programme, c’est-à-dire de choisir un autre couple que celui proposé.

La correction d’exposition

Les appareils professionnels disposent d’une molette ou d’un bouton permettant d’appliquer une correction d’exposition, dans une fourchette le plus souvent comprise entre plus ou moins deux valeurs d’exposition (ou EV pour Exposure Value, ou IL pour indice de lumination). Une correction d’une EV (ou d’un IL) correspond à une sous-exposition, ou à une surexposition, d’une valeur sur l’échelle des ouvertures ou des temps de pose.

Les modes de mise au point automatique

Les appareils à mise au point automatique (autofocus) sont équipés d’un système de contrôle de la mise au point à détection de phase (il s’agit d’un système dédié équipant principalement les appareils à visée reflex) ou à détection de contraste, fonctionnant par mesure du micro-contraste de l’image au niveau du capteur (ce système étant généralement le seul disponible pour les appareils d’entrée de gamme). Ces deux systèmes sont complémentaires : le premier est plus rapide, et le second plus précis (mais aussi plus lent). Sur un appareil à visée reflex à miroir non transparent, le système à détection de contraste ne peut être activé qu’en mode Live View ou vidéo).  Notez que les capteurs récents comprennent parfois des « pixels » dédiés au contrôle de la mise au point par détection de phase, permettant ainsi de mettre en oeuvre les deux systèmes de contrôle.

Le choix du mode autofocus

Les appareils disposent au moins de deux modes autofocus (AF) :

  • le mode « ponctuel » ou « vue par vue » (AF-S pour Single chez Nikon ou One-Shot chez Canon) ;
  • le mode « continu » (AF-C pour Continuous chez Nikon ou Servo AI chez Canon).

En mode « ponctuel », l’appareil effectue la mise au point dès qu’on appuie sur le déclencheur à mi-course, et garde en mémoire cette mise au point tant qu’on ne relâche pas le déclencheur. Il n’est pas possible de déclencher tant que l’appareil n’a pas effectué la mise au point. Ce mode autofocus est à utiliser pour des sujets statiques.

En mode « continu », l’appareil effectue la mise au point dès qu’on appuie sur le déclencheur à mi-course, et assure le suivi en continu de la mise au point lorsque le sujet se déplace vers l’avant ou vers l’arrière. Il est possible de déclencher à tout moment, même si l’appareil n’a pas réussi à faire la mise au point. Ce mode autofocus est à utiliser pour la photographie de sport ou d’action, dès que le sujet est susceptible de s’éloigner ou de se rapprocher rapidement du photographe. Les appareils les plus performants sont capables de « prédire » la distance de mise au point en fonction de la vitesse de déplacement du sujet et du retard au déclenchement de l’obturateur.

Certains appareils disposent enfin d’un mode automatique (AF-A chez Nikon ou AI Focus chez Canon), qui sélectionne automatiquement le mode ponctuel ou continu selon l’analyse des mouvements du sujet ; ce mode est néanmoins un peu plus lent, car comportant une phase d’analyse préliminaire.

Les images suivantes illustrent la fonction de suivi de la mise au point par le système autofocus, en mode « continu » :

suivi_map_1

suivi_map_2

suivi_map_3

En mode « continu » (AF-C ou Servo AI), l’appareil effectue un suivi de la mise au point lorsque le sujet se déplace en direction du photographe :

af-c_loin af-c_pres

Le choix du mode de la zone autofocus

La mesure du point est effectuée par des capteurs répartis dans le champ de l’image ; ces capteurs sont matérialisés par des collimateurs apparaissant dans le viseur :

colimateurs

Les appareils perfectionnés disposent généralement au minimum de trois modes de contrôle de la zone AF et de sélection des collimateurs :

  • le mode « point sélectif » (“Single Point”chez Nikon ou “Manual AF Point” chez Canon) : Le photographe sélectionne manuellement le collimateur qui sera utilisé pour effectuer la mise au point (il s’agira généralement du collimateur central). Si le sujet est excentré, le photographe pourra sélectionner un autre collimateur. Ce mode est à utiliser dans le cas d’un sujet statique, lorsqu’on souhaite une parfaite maîtrise de la mise au point.
  • le mode « zone dynamique » (“Dynamic” chez Nikon ou “AF Point Expansion” chez Canon) : Le photographe sélectionne manuellement le collimateur qui sera utilisé pour effectuer la mise au point, mais, si le sujet se déplace latéralement dans le champ de l’image, alors les collimateurs voisins seront mis à contribution pour effectuer le suivi de la mise au point. Ce mode ne peut être effectif que pour le mode de suivi en continu (AF-C chez Nikon ou “Servo AI” chez Canon). Ce mode est à utiliser dans le cas d’un sujet susceptible de se déplacer de manière erratique dans champ de la prise de vue (en photographie sportive ou animalière, par exemple). Certains appareils équipés de collimateurs sensibles à la couleur prennent en compte cette information pour améliorer le suivi de la mise au point (“3D-tracking mode” chez Nikon par exemple).
  • le mode « zone automatique » : L’appareil effectue une série de mesures, et sélectionne automatiquement le ou les collimateurs qui seront utilisés pour effectuer la mise au point (généralement sur le ou les sujets les plus proches).

Le mode « point sélectif »

En mode « point sélectif », le photographe sélectionne le collimateur qui sera utilisé pour effectuer la mise au point ; il s’agira généralement du collimateur central :

collimateur_central

Si le sujet est excentré, le photographe pourra sélectionner un autre collimateur :

collimateur_lateral

Le mode « zone dynamique »

En mode « zone dynamique », le photographe sélectionne manuellement le collimateur qui sera utilisé pour effectuer la mise au point, mais, si le sujet se déplace latéralement dans le champ de l’image, alors les collimateurs voisins seront mis à contribution pour effectuer le suivi de la mise au point :

zone_af_dynamique_1

zone_af_dynamique_2

Le mode « zone automatique »

En mode « zone automatique », l’appareil effectue une série de mesures, et sélectionne automatiquement le ou les collimateurs qui seront utilisés pour effectuer la mise au point (généralement sur le ou les sujets les plus proches) :

zone_af_automatique

Tableau récapitulatif des modes de fonctionnement du système autofocus

Mode de la zone AF Mode AF
AF-S
(ponctuel)
AF-C
(continu)
Point sélectif Collimateur sélectionné Collimateur sélectionné
Zone dynamique N/A
(collimateur sélectionné)
Collimateur sélectionné et suivi du déplacement latéral par les collimateurs adjacents dans la limite de la zone AF sélectionnée
Automatique Sujet le plus proche Sujet le plus proche

Le mode le plus polyvalent est le mode AF‑A (commutation automatique AF‑C / AF‑S) associé au mode zone AF dynamique ; c’est aussi le mode qui sollicite le plus les ressources du système autofocus, et donc aussi en principe le mode plus lent.

La mémorisation de l’exposition et de la mise au point

Les fonctions de mémorisation sont utiles dans le cas d’un sujet excentré nécessitant un « décadrage » préalable pour effectuer correctement la mesure de l’exposition et/ou la mise au point dans une zone particulière du sujet.

Mémorisation de l’exposition

1. Mesure et mémorisation

ae-lock_1

2. Recadrage et déclenchement

ae-lock_2

N.B. : La fonction de mémorisation d’exposition, ne sera réellement utile qu’en mode de mesure pondérée centrale ou spot, le mode de mesure matriciel n’étant conçu, par définition, que pour l’analyse de l’image « tel que le sujet sera effectivement cadré ».

Mémorisation de la mise au point

1. Mesure et mémorisation

af-lock_1

2. Recadrage et déclenchement

af-lock_2

N.B. : La fonction de mémorisation de la mise au point n’a évidemment de sens que pour un sujet statique (l’appareil étant réglé sur le mode autofocus ponctuel ou AF-S).

Paramétrage de la touche AE-L / AF-L

Les appareils professionnels sont équipés d’une touche AE-L / AF-L (pour auto-exposure / autofocus lock) permettant de mesurer et de mémoriser l’exposition et/ou la mise au point sur une partie du sujet ; la fonction de cette touche est configurable au moyen d’un menu :

  • mémorisation de l’exposition seulement (AE‑L) ;
  • mémorisation de la mise au point seulement (AF‑L) ;
  • mémorisation de l’exposition et de la mise au point (AE‑L et AF‑L).

Une option permet parfois d’affecter cette fonction :

  • sans temporisation (la mémorisation ne sera effective que tant qu’on maintiendra la pression sur la touche), ou
  • avec temporisation (la mémorisation restera effective même lorsqu’on relâchera la pression sur la touche ; il suffira alors d’appuyer une seconde fois sur la touche pour annuler la mémorisation).

Exemple de mode opératoire

Tout d’abord, configurer la touche AE-L / AF-L en mode mémorisation d’exposition seulement (AE-L) ; le cas échéant, choisir le mode avec temporisation.

  1. En mode de mesure pondérée centrale ou spot, cadrer une première fois pour effectuer une mesure de la lumière sur la zone du sujet souhaitée (sur le visage, par exemple, dans le cas d’un portrait), et appuyer sur la touche AE-L pour mémoriser l’exposition. Si l’option avec temporisation est sélectionnée, l’exposition restera mémorisée tant qu’on n’appuiera pas une seconde fois sur le bouton AE-L ; dans le cas contraire, maintenir la pression sur le bouton AE-L.
  2. En mode autofocus ponctuel (AF-S) et en mode « zone AF » ponctuel, cadrer une seconde fois pour effectuer la mise au point sur un point particulier du sujet (les yeux, par exemple, dans le cas d’un portrait), appuyer à mi-course sur le déclencheur pour effectuer la mise au point, et maintenir la pression pour mémoriser le point.
  3. Tout en maintenant la pression sur le déclencheur pour conserver le point mémorisé, recadrer une dernière fois pour obtenir le cadre souhaité, puis appuyer à fond pour déclencher.

Retour au sommaire du cours de photographie